BLACK EMMANUELLE EN AMERIQUE
Emanuelle in America
(1977)


Distribution

Emanuelle ............................................ Laura Gemser
Alfredo Elvize ............................................ Gabriele Tinti
le sénateur ............................................ Roger Browne
Riccardo Salvino
Lars Bloch
Paola Senatore
Maria Piera Regoli
Maria Renata Franco
Stefania Nocilli
Marina Hedman

Equipe de Tournage

Réalisateur ............................................ Joe D'Amato
Scénariste ............................................ Ottavio Alessi
............................................ Maria Pia Fusco
............................................ Piero Vivarelli
Directeur photo ............................................ Joe D'Amato
Décorateur ............................................ Marco Dentici
Compositeur ............................................ Nico Fidenco
Monteur ............................................ Vincenzo Tomassi

Sortie : 1 Septembre 1982
Long métrage 35mm / couleur / Eastmancolor
Genre: Erotique,
Durée: 1h20m

Emanuelle continue de parcourir le monde pour en ramener des reportages inédits. Equipée de son pendentif, qui dissimule un petit appareil photo, et souvent habillée de lui seul, elle s'intéresse de près aux moeurs de ses contemporains. Elle commence par s'inquiéter de la vie quotidienne dans le harem que s'est constitué Eric Van Daren, et va y faire un tour. Son enquête la conduit ensuite à Venise. Elle est curieuse d'y découvrir comment une soirée mondaine peut dégénérer en vaste fête sexuelle. Aux Caraïbes, elle doit faire face à une réalité beaucoup plus violente et répugnante...

Dans son second "Black Emanuelle", D’Amato affirme plus nettement sa "personnalité" en faisant prendre à la série un virage résolument trash. Emanuelle s’y affranchit tout à fait de son modèle français pour devenir une journaliste/photographe à la recherche des scoops les plus glauques de la planète. Dans cet opus, elle parcourt les États-Unis, les Antilles, l’Italie et l'Afrique pour enquêter notamment sur un réseau de prostitution donnant dans le snuff movie. M6 a bien évidemment diffusé une version expurgée des reconstitutions de films snuff qui sont, paraît-il, ce que D’Amato a fait de plus poussé dans l’affreux (certaines sources affirment que Cronenberg s’en serait inspiré pour Videodrome). Notre homme filmera encore trois aventures de l’intrépide reporter : Emanuelle et les filles de Madame Claude (La via della prostituzione), Emanuelle autour du monde (Emanuelle-perché violenza alle donne ? — titre ô combien cocasse pour un réalisateur ayant fondé une grande partie de sa carrière sur l’exploitation de la femme) et Viol sous les tropiques (Emanuelle e gli ultimi cannibali). De 1975 à 1983, Laura Gemser aura incarné Emanuelle et ses variantes dans une douzaine de films.

Recette :