MOURIR A TRENTE ANS

(1982)
  • Telerama :
  • Jean Tullard :


Distribution

Romain Goupil

Equipe de Tournage

Réalisateur ............................................ Romain Goupil
Scénariste ............................................ Romain Goupil
Directeur photo ............................................ Sophie Goupil
Producteur ............................................ Marin Karmitz
Monteur ............................................ Françoise Prenant

Sortie : 9 Juin 1982
Long métrage 35mm / noir et blanc et couleur
Genre: Documentaire,
Durée: 1h40m

1965. La guerre du Vietnam. Un groupe d'enfants d'une cité, les " Coyottes " pénètrent dans l'adolescence. La politique prend peu à peu le pas sur les jeux de l'enfance. Cinéaste amateur, Romain se politise et rencontre Michel Récanati. C'est le commencement d'une profonde amitié. Mai 68, les barricades, les vieilles valeurs s'effondrent, l'engagement. Les années passent; la désillusion, la démission... 1978, le 23 mars, Michel se suicide.

" Il s'appelait Michel Récanati, dit Romain Goupil, il a disparu en 1978, je l'ai tant cherché qu'il fallait que Je fasse ce film pour vaincre sa disparition. En 1980, preuves et confirmation de son suicide. Pour échapper aux fautes d'orthographe, j'ai appris très vite à me servir dune caméra. La première était à ressort ; je gardais toujours le même objectif ; il suffisait de s'approcher ou de reculer ; gros plan, plan d'ensemble. L'argent de semaine dans quelques rouleaux de pellicule. On s'amusait à filmer copains, famille et chiens. 1965. Le Vietnam. Nous avons 14 ans. La politique prend le pas sur le rêve et les joyeuses inventions. D'autres images, d'autres sons s'imposent, Napalm, B 52, je milite mais je ne lâche pas ma caméra. Nous nous lançons dans la constitution des premiers comités de lycéens qui deviendront les éléments d'avant-garde des barricades de mai. J'adhère à la Jeunesse Communiste Révolutionnaire à condition de pouvoir filmer. Je rencontre Michel Récanati. Nous vivons dix ans inséparables, haine du facisme, manifestations, mars, avril, mai 1968, réunions, enthousiasme pour les peuples en armes, congrès, Chili, meetings, Cuba, Krivine, Cambodge, 1974.. Projets et interrogations. Ma génération, nos illusions, sentiment de noyade, de trop plein d'idéologie, souvenirs envenimés. Accidents et suicides, les camarades disparaissent, Michel disparaît, Michel est mort. Les autres admettent avec un triste sourire. J'avais tout filmé. J'ai tout gardé et j'ai tout réuni. " Romain Goupil est né en 1951. Il effectue ses études secondaires jusqu'en 1969. De 1965 à 1967 il réalise avec ses copains plusieurs films en 8 mm sans toutefois avoir de possibilité de diffusion En 1968, cependant, il tourne un court métrage pour l'O.R.T.F., L'EXCLU, immédiatement suivi par un second en 1969, IBIZARRE. De par son père Pierre Goupil, chef-opérateur très lié aux milieux cinématographiques, Romain Goupil s'oriente de plus en plus vers le cinéma. Assistant opérateur il travaille d'ailleurs avec Yves Boisset pour L'ATTENTAT, il devient bientôt assistant réalisateur et tourne avec Nelly Kaplan, en 1976, pour NEA, Jacques Deray, pour LE GANG (1976), Chantal Akerman, LES RENDEZ-VOUS D'ANNA (1978), Roman Polanski, TESS (1979), Jean-Luc Godard, SAUVE QUI PEUT (LA VIE) (1980). Scénariste pour plusieurs courts métrages, il devient réalisateur pour LE PÈRE GOUPIL, court métrage réalisé en 1980, et COLUCHE PRÉSIDENT autre court métrage de 1981. MOURIR A TRENTE ANS est son premier long métrage. En préparation, il travaille à la réalisation de IMPORT-EXPORT, son second long métrage. Présenté au 35e Festival de Cannes, 1982, dans le cadre de la Semaine de la Critique, MOURIR A TRENTE ANS et son réalisateur, Romain Goupil, ont obtenu La Caméra d Or 1982, ainsi que le Prix Jeunesse, créé par Mme Edwige A vice, ministre de la Jeunesse et des Sports.

Recette :
Entrées en France : 146 720