Timothy Dalton (James bond)

Loading...
Etat:  
 
Acteur:   Timothy Dalton 

BIO : Timothy Dalton (James Bond dans TUER N’EST PAS JOUER et PERMIS DE TUER)
Né le : 21 mars 1946 à Colwyn Bay (Nord du Pays de Galles)

APPRENDRE LE METIER D’ACTEUR

Timothy Dalton est l’aîné de cinq enfants nés de parents anglais ("Je ne suis pas gallois. Je suis un curieux mélange : italien, britannique et irlandais"). Son père est un directeur publicitaire de talent. Le grand-père de Timothy était directeur de théâtre et sa grand-mère jouait sur les scènes du music-hall en compagnie d’un jeune homme prometteur nommé Charlie Chaplin.

Dalton décide de se lancer dans une carrière d'acteur à l’âge de 16 ans, après avoir vu sa première pièce, "Macbeth" réalisée par la compagnie Old Vic. "Voir ‘Macbeth’ pour la première fois donne une réalité au métier d'acteur. J'ai compris alors que je pouvais y arriver" se souviendra-t-il plus tard.

Dalton va à l’école à Manchester et Belper, où il devient membre du club de théâtre. En 1964, il est invité à s’associer au National Youth Theatre, et fait ses débuts sur scène cet été là avec un petit rôle dans "Coriolan", une pièce de Shakespeare, au Queen’s Theater de Londres. "C’était un premier pas, explique-t-il. Je me retrouvais à Londres, en face de Shakespeare pour ainsi dire, à l'occasion de ma première expérience professionnelle dans un théâtre de West End." Il refuse alors d’entrer à l’université et s'inscrit en fait à la Royal Academy of Dramatic Arts. Il y passe deux ans mais confie plus tard : "Je n'y ai rien appris."

En 1966, il décroche le rôle de Malcolm dans la production du National Youth Theatre intitulée "Little Malcolm and His Struggle Against the Eunuchs" au théâtre Royal Court. A la suite de quoi il est engagé par le Birmingham Repertory Theatre.

Début 1967, Dalton décroche le rôle principal d'une nouvelle série télévisée, "Saturday While Sunday". Il fait des débuts prometteurs dans le film LE LION EN HIVER, qui remporte un Oscar, et dans lequel il joue Philippe II, roi de France, avec Peter O’Toole et Katherine Hepburn comme partenaires. Ensuite, il retourne à Birmingham pour jouer des rôles principaux dans plusieurs pièces avant de se voir offrir un second film historique, CROMWELL.

APPROCHE

En 1968, Timothy Dalton établit son premier contact avec Bond. "Quand j’avais 25 ans, M. Broccoli m’a demandé très gentiment si j’étais intéressé par le fait de reprendre le rôle de James Bond, à la suite de Sean Connery. Franchement, j’ai pensé que ce n’était pas le moment, je m’estimais trop jeune et Sean trop fort."

Dalton aime alterner théâtre, télévision et cinéma. Il joue Andrei dans l'adaptation théâtrale de GUERRE ET PAIX, obtient le rôle principal à la BBC dans "Five Finger Exercise" et tourne son premier film situé à l'époque moderne : THE VOYEURS.

Puis vient son rôle principal dans LES HAUTS DE HURLEVENT, où il est encensé par la critique pour son étonnante interprétation de Heathcliff. Il apparaît ensuite dans plusieurs productions de la BBC, dont "Candida" et "The Three Princes".

Son film suivant, MARY STUART, REINE D’ECOSSE avec Vanessa Redgrave et Glenda Jackson, lui vaut une nomination aux British Film Awards. Alors, à l’âge de 24 ans, Dalton prend une décision importante pour sa carrière : il refuse toutes les offres au cinéma pour se consacrer pendant trois ans au théâtre. "Je ne voulais pas d’une carrière brillante et brève au cinéma, dit-il avant d'ajouter : On n'a guère le temps de répéter au cinéma, alors que le théâtre vous laisse le temps d'exploiter toutes les facettes de votre personnalité et de votre imagination. Cela a payé parce que c'est au théâtre que j’ai obtenu quelques-unes des meilleures critiques. Je suis devenu ainsi un acteur beaucoup plus mûr et plus expérimenté, du moins je le crois."

Avec la Prospect Theatre Company, dont il est l'un des principaux membres, Dalton effectue des tournées en Angleterre et en Australie. Puis il interprète à Londres "Le Roi Lear" et "Love’s Labour’s Lost". Sa prestation dans"Roméo et Juliette", en tant qu’invité de la Royal Shakespeare Company, renforce le sentiment général qu’un très grand comédien est en train de naître.

Au milieu des années 70, il se sent prêt à retourner au cinéma. "Il n’y avait pas d’argent au théâtre, et je me suis donc reconstruit une carrière au cinéma. J’ai découvert le monde merveilleux des séries télévisées, comme 'Centennial' et ‘Sins’, qui paient assez pour vous autoriser à retourner au théâtre quand vous le voulez."

D’autres rôles suivent, un second rôle dans AGATHA (aux côtés de Vanessa Redgrave) et un rôle principal avec comme partenaire Mae West dans SEXTETTE, filmé à Hollywood. Il reste aux Etats-Unis pour terminer quelques projets avec la télévision avant de revenir à Londres pour le tournage de FLASH GORDON de Dino DeLaurentis. Pendant ce temps, Dalton est contacté afin d’auditionner pour le rôle de James Bond, mais son contrat avec FLASH GORDON l’empêche de le faire.

ARRIVEE

Parallèlement à ses nombreux rôles au théâtre, il obtient également un grand rôle dans le film LE DOCTEUR ET LES ASSASSINS, et un rôle de premier plan aux côtés de Brooke Shields dans BRENDA STARR. Puis vient le tournant de sa carrière : Pierce Brosnan étant encore sous contrat pour la série télévisée"Remington Steele", il ne peut accepter le rôle de James Bond et les producteurs contactent Timothy Dalton, pour la troisième fois. Il fait des essais dans deux scènes de AU SERVICE SECRET DE SA MAJESTE. Après que le rôle lui soit offert, il met deux semaines avant d'accepter et après avoir insisté pour relire le script. Pendant le tournage de BRENDA STARR, il visionne tous les films de 007 et relit tous les livres de Fleming. "J’ai trouvé que les films s’étaient éloignés des romans et que ceux-ci étaient beaucoup plus intéressants."

Le 7 août 1986, un communiqué dévoile à la presse britannique que Dalton est le nouveau James Bond. Le tournage commence le 29 septembre et une semaine plus tard, le 5 octobre, Dalton est présenté comme le nouveau James Bond lors d'une importante conférence de presse à Vienne. Quand on lui demande s’il est prêt à tourner d’autres James Bond au cas où TUER N’EST PAS JOUER serait un succès, il répond en vrai Shakespearien : "Dans la vie, il faut savoir suivre les marées ascendantes."

Il décide d’interpréter 007 en étant plus près de Sean Connery que de Roger Moore. "J’admire ce que Roger a fait. Son goût pour la comédie légère et l’auto-dérision était totalement approprié au contexte des films... après le départ de Sean Connery. Mais c’était de la fantaisie, de l’extravagance... Je veux dire, vous ne pouvez pas jouer Bond sérieusement si vous devez sauter dans un avion à réaction miniature qui sort du derrière d’un cheval."

"Bond vit dans un monde dangereux pour lui et ceux qu’il aime... vous avez cette forte impression que, ayant sa propre vie, il veux la vivre à fond, pas pour l’étalage ou le snobisme, mais parce qu’il a besoin de goûter à la vie sous tous ses aspects."

Dalton prend son rôle tellement au sérieux que pendant le tournage il refuse de faire une publicité en James Bond pour American Express, soit un cachet de 200 000 livres Sterling.

Bien accueilli des fans, son interprétation est pourtant sujet à critique dans la presse. Quand le journal britannique News of the World publie un article intitulé "Hello & Goodbye Tim, 007" insinuant que Dalton avait été viré des James Bond, Dalton le poursuit en justice et gagne. Il a fait don des dommages perçus au National Youth Theatre.

Après un rôle dans HAWKS, Dalton commence avec Vanessa Redgrave les répétitions d'une pièce qu’il veut depuis longtemps remettre au goût du jour :"A Touch of the Poet" d’Eugene O’Neill. La pièce est exceptionnellement bien accueillie.

Puis vient PERMIS DE TUER, qui donne l'occasion à Timothy Dalton de tenir sa promesse de revenir à un Bond plus sérieux. "Excusez le jeu de mots, dit Dalton grinçant, se rappelant ses débuts dans 007, mais il y avait bien plus d'hu-Moore dans le script précédent. Je pense que c’est un très bon film, mais ce n’est pas ce que j’appelle un vrai James Bond."

Michael Wilson déclare à un journaliste : "Dans le dernier film, nous avons en quelque sorte créé un Bond générique. Nous ne savions pas ce que nous allions obtenir jusqu'à la dernière minute. Nous avons simplement adapté les scènes en fonction de Tim. Mais dans ce film, après avoir déjà eu l’expérience d’un 007, Tim nous était plus familier : nous pouvions évaluer ses forces et faiblesses, et estimer où il excellerait dans Bond. Nous avons donc fait un film beaucoup plus réaliste et où il avait plus d’émotions à traduire."

Après PERMIS DE TUER, des rumeurs circulent selon lesquelles d’autres acteurs sont envisagés pour le rôle. Dalton trouve ça amusant. "Ca devient parfois ridicule, dit-il en 1993. Joel Silver, le producteur de PIEGE DE CRISTAL, a dit que son rêve était de tourner un James Bond avec Mel Gibson... Balivernes... Personne d’autre n’a été contacté."

En 1994, il déclare à James Brady de Parade Magazine que le tournage d'un James Bond est très exigeant. "Terriblement exigeant. En vingt semaines (de tournage), j’ai eu peut-être deux jours de repos, et des journées de 14 heures." Et d’ajouter : "En vérité, c’est dur pendant que vous le faites, et ensuite vous vous amusez, si vous avez bien fait votre travail. Vous devez vous assurer que le public s’amusera."

DEPART

Dalton revient au théâtre, jouant dans "Love Letters" avec une amie, Whoopi Goldberg, à Los Angeles. Il apparaît également dans un documentaire sur la nature pour PBS, "In the Company of Wolves" et est primé pour son interprétation dans un téléfilm en deux parties intitulé "Framed". Ensuite, il relève le défi d'interpréter Rhett Butler dans la mini-série de CBS "Scarlett".

Durant le tournage de "Scarlett", Dalton annonce qu’il a décidé de renoncer à "son" permis de tuer. Il note que son contrat de trois films avec Danjaq a expiré en 1990 tandis que des poursuites judiciaires stoppent la pré-production de sa troisième mission. Il explique dans un communiqué que "même si les Broccoli ont toujours été très clairs sur leurs intentions de me redonner le rôle dans le prochain James Bond, j’ai d'ores et déjà pris cette difficile décision." Et les producteurs de répondre : "Pendant ces huit dernières années, nous avons eu des relations très amicales avec Timothy. Il a assimilé le rôle de 007 à sa façon en le ramenant au style plus carré des premiers romans de Fleming, à la grande satisfaction des publics du monde entier."