Isabelle Carré

Loading...
Que sont-ils devenues ? (passez la souris sur la photo.)


Son métier : Actrice
Sa nationnalité : Française
Son premier cri : 28 mai 1971 (47 ans)

1m68

Isabelle Carré est née le 28 mai 1971 à Paris. À douze ans, elle manifeste le souhait d’être danseuse, mais c’est déjà trop tard… Art de la scène pour art de la scène, elle se replie sur le théâtre. Son cursus la conduit au cours Florent, à l’École nationale des Arts du théâtre et au studio Pygmalion. Francis Huster la repère alors et lui demande d’interpréter un passage de “La Symphonie pastorale” pour l’émission du “Grand échiquier” dont il est l’invité. Sa carrière sur les planches est dès lors engagée et elle joue deux pièces en 1990 : “Une Nuit de Casanova” et “La Cerisaie” de Tchekhov. Auparavant, elle aura débuté à l’écran, à dix-sept ans, en incarnant la fille de Daniel Auteuil dans ROMUALD ET JULIETTE, et bientôt celle de Catherine Deneuve dans LA REINE BLANCHE. Elle enchaîne à la même période les téléfilms, “Le Blé en herbe” de Serge Meynard (1990), “La Maison vide” de Denys Granier-Deferre (1991), “Les Bains de jouvence” de Marc Rivière (1991) et “Il ne faut jurer de rien” de Jean-Claude Brialy, version filmée de la pièce d’Alfred de Musset. En 1992, elle rencontre un rôle classique qui la marque profondément : l’Agnès de “L’École des femmes” de Molière, pièce qu’elle joue à Paris puis en tournée. La même année, elle est remarquée dans BEAU FIXE, à travers le rôle de l’une des quatre étudiantes en médecine révisant leur examen dans une maison de campagne, dans un film où le réalisateur Christian Vincent a largement recours à l’improvisation. Sa douceur, son regard bleu, sa myopie et sa blondeur collent au caractère romantique de son personnage, laquelle semble dénoter une fragilité qui marquera nombre de ses compositions, au théâtre comme à l’écran. Ses personnages sont d’ailleurs souvent liés à une faiblesse physique – la jeune fille du HUSSARD SUR LE TOIT, mortellement atteinte par le choléra – ou mentale : on la découvre ainsi psychiquement fragile dans LA BÛCHE, junkie dans LA MORT DU CHINOIS et MERCREDI, FOLLE JOURNÉE, victime de la maladie d’Alzheimer précoce dans SE SOUVENIR DES BELLES CHOSES. Sa pâleur rime parfois avec pureté et elle incarne la Vierge Marie dans le délirant SUPERLOVE et l’incarnation littérale de la Liberté dans des passages oniriques de BELLA CIAO. Mais c’est dans LA FEMME DÉFENDUE de Philippe Harel, en 1997, qu’elle démontre l’étendue de son talent de comédienne et la fait passer du registre d’adolescente ingénue à celui de femme séduisante et bien dans sa peau. Dans cette histoire d’adultère suivi en caméra subjective du point de vue de l’homme, elle est seule dans le champ, en constant regard caméra, une heure et demie durant. Le film, sélectionné au festival de Cannes, lui rapporte plusieurs prix d’interprétation, dont le Prix Romy-Schneider (et une nomination au César du meilleur espoir féminin, la seconde après celle pour LE HUSSARD…), venant s’ajouter au Prix Arletty, récompense théâtrale obtenue en 1993 pour “Le Mal court” de Jacques Audiberti. Se voulant avant tout “théâtreuse”, Isabelle Carré mène une brillante double carrière, à travers entre autres “On ne badine pas avec l’amour” de Musset (1993), “Le Père humilié” de Claudel (1995), “Mademoiselle Else” de Schnitzler (1999) – qui lui vaut un beau succès personnel et un Molière de la meilleure actrice –, “Résonances” d’Irina Brook (2000), “La Tragédie d’Othello” et “Léonce et Léna” (2001). Isabelle Carré est également apparue dans plusieurs courts métrages, notamment DE SOURCE SÛRE de Laurent Tirard (1998), L’AMOUR FLOU de Denis Parent (1998) et J’PEUX PAS DORMIR de Guillaume Canet (1999), ainsi que dans d’autres notables productions de télévision telles que “Belle époque”, d’après le scénario resté inédit de François Truffaut et Jean Gruault (1995), “Viens jouer dans la cour des grands” de Caroline Huppert (1997) ou “Volpone” de Christian de Chalonge (1998).

Elle est

Films comme actrice

Année Titre
2017 GARDE ALTERNEE de Alexandra Leclère
2017 UNE VIE AILLEURS de Olivier Peyon
2016 LE CŒUR REGULIER de Vanja d'Alcantara
2016 Comment j'ai rencontré mon père de Maxime Motte
2015 21 NUITS AVEC PATTIE de Arnaud Larrieu, Jean-Marie Larrieu
2015 Paris-Willouby de Arthur Delaire, Quentin Reynaud
2015 ANGE & GABRIELLE de Anne Giafferi
2014 Du goudron et des plumes de Pascal Rabaté
2014 RESPIRE de Mélanie Laurent
2013 MARIE HEURTIN de Jean-Pierre Améris
2012 CHERCHEZ HORTENSE de Pascal Bonitzer
2011 RENDEZ-VOUS AVEC UN ANGE de Sophie de Daruvar, Yves Thomas
2010 LES EMOTIFS ANONYMES de Jean-Pierre Améris
2009 TELLEMENT PROCHE de Eric Toledano, Olivier Nakache
2009 LE REFUGE de François Ozon
2008 CLIENTE de Josiane Balasko
2008 MUSEE HAUT, MUSEE BAS de Jean-Michel Ribes
2008 LES BUREAUX DE DIEU de Claire Simon
2007 ANNA M de Michel Spinosa
2006 QUATRE ETOILES de Christian Vincent
2006 COEURS de Alain Resnais
2005 L’AVION de Cédric Kahn
2004 HOLY LOLA de Bertrand Tavernier
2004 ENTRE SES MAINS de Anne Fontaine
2003 LES SENTIMENTS de Noémie Lvovsky
2002 À LA FOLIE... PAS DU TOUT de Laetitia Colombani
2001 MERCREDI, FOLLE JOURNEE! de Pascal Thomas
2001 SE SOUVENIR DES BELLES CHOSES de Zabou Breitman
2000 CA IRA MIEUX DEMAIN de Jeanne Labrune
1999 DE SOURCE SURE (CM) de Laurent Tirard
1999 LES ENFANTS DU SIECLE de Diane Kurys
1999 LA BUCHE de Danièle Thompson
1998 LES ENFANTS DU MARAIS de Jean Becker
1997 LES SOEURS SOLEIL de Jeannot Szwarc
1997 LA FEMME DEFENDUE de Philippe Harel
1996 BEAUMARCHAIS, L'INSOLENT de Édouard Molinaro
1995 LE HUSSARD SUR LE TOIT de Jean-Paul Rappeneau
1992 BEAU FIXE de Christian Vincent
1991 LA REINE BLANCHE de Jean-Loup Hubert
1988 ROMUALD ET JULIETTE de Coline Serreau
1986 PAULETTE, LA PAUVRE PETITE MILLIARDAIRE de Claude Confortès

13 Photos