Paris Film Productions
Présente


BELLE DE JOUR

(1966)
  • Telerama :
  • Jean Tullard :


Distribution

Séverine Serizy / Belle de Jour ............................................ Catherine Deneuve
Pierre Serizy ............................................ Jean Sorel
Henri Husson ............................................ Michel Piccoli
Madame Anais ............................................ Geneviève Page
Marcel ............................................ Pierre Clémenti
Hyppolite ............................................ Francisco Rabal
Charlotte ............................................ Françoise Fabian
Monsieur Adolphe ............................................ Francis Blanche
Renée ............................................ Macha Méril
Duke ............................................ Georges Marchal
L'ensignant ............................................ François Maistre
le majordome ............................................ Bernard Musson
Mathilde ............................................ Maria Latour
Muni
Bernard Fresson

Equipe de Tournage

Réalisateur ............................................ Luis Buñuel
Scénariste ............................................ Luis Buñuel
............................................ Jean-Claude Carrière
Origine de scénario ............................................ Joseph Kessel
Directeur photo ............................................ Sacha Vierny
Décorateur ............................................ Robert Clavel
Producteur ............................................ Raymond Hakim
............................................ Robert Hakim
Monteur ............................................ Louisette Hautecoeur

Sortie : 24 Mai 1967
Long métrage 35mm / couleur / Eastmancolor
Genre: Drame,
Durée: 1h35m

Pierre et Séverine sont en calèche. Soudain, après quelques mots d'amour, Pierre fait arrêter la calèche. Le cocher et un domestique attachent Séverine à un arbre; elle est fouettée, puis toujours sur l'ordre de son mari, livrée au cocher. Il s'agissait d'un fantasme de Séverine...

Le roman de Joseph Kessel, écrit en 1930, faisait l'étude psychologique d'une perversion et celle de la prostitution mondaine. Buñuel et Jean-Claude Carrière en ont gardé le thème et certains détails et ont transposé l'intrigue dans les années 60, sans pour autant vraiment l'actualiser. Séverine, jeune bourgeoise sexuellement frustrée et masochiste, vit ses désirs les plus étranges en imagination. En se soumettant à l'amour vénal, dans un quotidien très prosaïque, elle continue de flotter entre rêve et réalité. Toute la mise en scène est construite sur cette ambiguïté, avec ce formidable humour noir que Buñuel sait faire insensiblement virer au tragique. On ne saura jamais ce que contient la petite boîte mystérieuse du client asiatique. Le film, devenu une comédie de moeurs plonge dans la conscience troublée et les fantasmes d'une femme. Buñuel s'intéresse autant à ces personnages masculins bizarres fréquentant la maison accueillante d'Anaïs qu'à l'héroïne cherchant sa liberté sexuelle. Les séquences obsessionnelles apparaissent dans le récit sans aucun signal, la frontière s'abolit entre le bien et le mal, au rythme des fantasmes rêvés ou réalisés. En choisissant Catherine Deneuve, belle, lisse, très bon chic bon genre, pour incarner cette "Belle de jour", Buñuel eut une intuition géniale. Deux ans plus tard, Catherine Deneuve allait être une énigme de feu et de glace dans "Tristana", où Buñuel lui donna un rôle encore plus subversif.

Recette :
Entrées en France : 2 162 200