A partir de son repaire dissimulé dans un volcan éloigné des zones habitées, le pire ennemi de 007— Ernst Stavro Blofeld —capture dans l’espace même des vaisseaux spatiaux habités. Alors que les deux superpuissances s’accusent réciproquement, Bond part pour le Japon pour diriger une armée ninja et supprimer Blofeld avant que n’éclate une troisième guerre mondiale. En orbite autour de la terre, un astronaute américain s’aventure hors de son vaisseau et commence à se mouvoir dans l’espace. Un objet non identifié se rapproche et avale le vaisseau américain, coupant le câble qui relie l’astronaute au vaisseau et laissant ce dernier dériver dans la nuit sidérale. Ce n’est que la dernière d’une série de mystérieuses disparitions de vaisseaux américains et soviétiques. Cela constitue un affront pour le gouvernement américain, convaincu que ces disparitions font partie d’un complot soviétique pour contrôler l’espace à des fins militaires. Le gouvernement soviétique nie toute implication, mais la tension atteint un point critique. Les Britanniques en appellent au calme et informent les deux puissances que, selon eux, cet engin qui “avale” les vaisseaux américains et soviétiques est basé au large du Japon. Ils ajoutent que leur meilleur agent secret est actuellement au travail. Bien sûr, il s’agit de James Bond . Bond se trouve à Hong-Kong , savourant quelques moments de repos en compagnie d’une superbe jeune femme, quand brusquement des hommes armés s’introduisent dans sa chambre et le mitraillent. 007 reçoit les funérailles de la marine et son corps est rendu à la mer. Mais tandis que le “cadavre” se pose au fond de l’océan, des hommes-grenouilles le récupèrent et le montent à bord de M1 , le sous-marin personnel de M. Maintenant que Bond est officiellement “mort”, M espère que ses ennemis laisseront le champ libre à 007 pour qu’il puisse se concentrer sur la mission que M classe comme “la mission numéro 1”. Les enjeux sont clairs : 007 doit agir vite pour résoudre les mystérieuses disparitions qui surviennent dans l’espace, sans quoi le prochain incident risque de conduire à une troisième guerre mondiale. Après avoir reçu ses instructions, Bond est propulsé par le lance-torpille du sous-marin au large des côtes japonaises. Une fois à terre, Bond assiste à un tournoi de sumo à Tokyo, au cours duquel il est contacté par Aki , une ravissante jeune femme agent des services secrets japonais. Elle lui fait rencontrer son agent de liaison, un Anglais nommé Dikko Henderson . Henderson confie à Bond que selon lui les Soviétiques sont innocents et que c’est un autre pays qui est impliqué dans la disparition des vaisseaux spatiaux. Avant qu’il ne puisse en dire plus, il est tué d’un coup de poignard dans le dos. Bond rattrape le tueur et lui administre un sort identique à celui de Henderson, puis il se fait passer pour l’assassin blessé et se fait conduire au siège social de l’Industrie Chimique Osato . 007 doit d’abord se débarrasser du redoutable homme de main d’Osato qui l’a amené jusqu’au siège. Il y parvient à l’issue d’une bagarre au cours de laquelle Bond se sert d’un canapé comme arme. Il découvre alors le coffre-fort d’Osato, le fracture et s’enfuit en emportant des documents confidentiels. Aki sauve Bond au cours d’une fusillade avec le service de sécurité d’Osato et le conduit à Tanaka, dit “le Tigre ”, le chef des services secrets japonais. Les hommes de Tanaka analysent les documents volés à Osato et tombent sur la photo d’un cargo japonais--le Ning Po. Le lendemain, Bond se fait passer pour un représentant en industries chimiques et rencontre M. Osato dans le bureau où, la nuit précédente, il s’est battu avec les hommes d‘Osato. 007 est présenté à Helga Brandt , la superbe “secrétaire particulière” de M. Osato. Peu après que Bond a quitté les bureaux, des hommes armés de revolvers et obéissant aux ordres d’Osato, tentent de le tuer. Aki , au volant de sa Toyota GT 2000 , file à toute allure pour sauver Bond une nouvelle fois. Il s’ensuit une folle poursuite à travers les rues de Tokyo—qui prend fin quand Tanaka envoie un hélicoptère muni d’un aimant géant pour soulever la voiture ennemie et la laisser tomber dans l’océan. Poursuivant leurs recherches sur les docks de Kobe, Bond et Aki découvrent que de l’oxygène liquide--un composant du carburant des fusées--est en train d’être chargé sur le Ning Po. Soudain, ils sont attaqués par une meute de dockers travaillant pour Osato. Aki réussit à s’enfuir, mais Bond est fait prisonnier et conduit dans la cabine d’Helga Brandt pour un interrogatoire musclé. Cependant, 007 l’enjôle si bien qu’elle accepte de s’envoler avec lui pour l’Angleterre, ou du moins James Bond le croit-il. En réalité, c’est un aller simple qu’Helga Brandt propose à Bond. Tandis que 007 est piégé dans l’avion, Helga saute en parachute. Bond réussit néanmoins à poser l’avion en catastrophe et s’en extrait quelques secondes avant qu’il n’explose. L’organisation de Tanaka a entre-temps suivi la trace du Ning Po jusqu'à une île au large des côtes japonaises. 007 ayant besoin d’examiner les choses de plus près, Q livre “la petite Nellie”, un mini-hélicoptère équipé de multiples armes. Il vole au-dessus des villages de pêcheurs de l’île plongée dans la torpeur mais ne découvre rien de suspect. Tout à coup un escadron d’hélicoptères surgit et fait feu sur la “petite Nellie”. 007 les abat l’un après l’autre au cours d’une spectaculaire bataille aérienne. Sur le chemin du retour, 007 dit à Tanaka qu’il est convaincu que le secret de la crise spatiale se trouve dans cette île. Pendant ce temps, la crise internationale s’aggrave alors qu’à nouveau un vaisseau spatial est capturé, soviétique cette fois. Le monde est à deux doigts de l’explosion. Le numéro 1 du SPECTRE , Ernst Stavro Blofeld , est le cerveau de toute l’opération, ce qu’ignorent toujours 007 et ses collègues des services secrets japonais. Blofeld, le méchant par excellence, utilise un imposant vaisseau spatial pour capturer les vaisseaux sur orbite et les rapporter dans son quartier général, dissimulé à l’intérieur du volcan éteint de l’île japonaise sur laquelle Bond est en train de mener son enquête. Blofeld espère déclencher une guerre entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique qui profitera à son client—le gouvernement de Chine Populaire. Pour pouvoir soutirer encore plus d’argent aux Chinois, Blofeld fait une petite démonstration de sa dureté et jette Helga Brandt en pâture à des piranhas visqueux—c’est le prix qu’elle doit payer pour ne pas avoir réussi à tuer Bond. Pour mener son enquête sur l’île, Bond se fait passer pour un pêcheur japonais et suit une formation à l’école ninja de Tanaka . Un assassin du SPECTRE infiltre l’école et tue Aki . Le temps commence à manquer à Bond et ses alliés. Les Américains doivent envoyer sous peu un autre vaisseau, et le président des Etats-Unis avertit les Soviétiques que tout nouvel incident entraînerait la guerre. Comme dernière étape de sa nouvelle identité, Bond se voit offrir pour épouse la très belle agent des services secrets japonais, Kissy Suzuki . 007 et Kissy découvrent le quartier général du SPECTRE caché à l’intérieur du volcan. Tandis que Kissy retourne prévenir Tanaka et ses hommes, Bond pénètre courageusement dans l’enceinte. Il se fait passer pour un astronaute afin d’essayer de saboter la mission en cours, à savoir capturer le vaisseau américain qui vient d’être lancé. Cependant, Bond est découvert et conduit à Blofeld . Celui-ci déclare que son plan est infaillible et que son QG est imprenable. Le lancement du vaisseau de Blofeld a lieu à l’heure prévue et le Pentagone se prépare à la guerre. Tout à coup, les hommes de Tanaka prennent d’assaut le volcan et pénètrent à l’intérieur. Il s’ensuit une féroce bataille. Bond réussit à se frayer un passage et à rejoindre la salle de commande dévastée. Il détruit la fusée de Blofeld avec son propre dispositif d’autodestruction à distance. 007 vient d’éviter la troisième guerre mondiale de quelques secondes. Mais Blofeld déclenche la destruction de l’enceinte. Bond et son armée échappent de peu à l’explosion en nageant le long de galeries jusqu'à la mer. Réchappés de l’enfer, ils contemplent l’éruption du volcan depuis des radeaux lancés par des avions de sauvetage. Seuls au milieu de l’océan, Bond et Kissy commencent, enfin, leur voyage de noces--quand juste en dessous d’eux surgit le sous-marin de M. Pour 007, la lune de miel s’achève avant même d’avoir commencé. Le Service de sa très gracieuse majesté n’attend pas.

Aki


Agent du SIS et assistante de Bond.

Accèder au dossier

Helga Brandt


Secrétaire particulière de M. Osato.

Accèder au dossier

Kissy Suzuki


Agent du SIS et fausse femme de Bond,

Accèder au dossier

Ling


Amante à Hong-Kong et reine du "canar".

Accèder au dossier

Mlle Moneypenny [1]


Secrètaire de direction de M.

Accèder au dossier

Aki


Agent du SIS et assistante de Bond.

Accèder au dossier

Contacts japonais


Alliés angalis et japonais du MI-6 au Japon.

Accèder au dossier

KGB


Renseignements et espionnage soviétiques.

Accèder au dossier

Kissy Suzuki


Agent du SIS et fausse femme de Bond,

Accèder au dossier

Ling


Amante à Hong-Kong et reine du "canar".

Accèder au dossier

M. [1]


Directeur du MI-6

Accèder au dossier

MI6


Service Secret Britanique

Accèder au dossier

Mlle Moneypenny [1]


Secrètaire de direction de M.

Accèder au dossier

Ninjas


Armée de guerriers ninja de Tanaka.

Accèder au dossier

Q (Major Boothroyd) [2]


Spécialiste des armes et gadgets du MI-6.

Accèder au dossier

Tanaka, dit "Tigre"


Chef du SIS japonais et allié de 007.

Accèder au dossier

Ernst Stavro Blofeld [3]


Cerveau maléfique, numéro 1 du SPECTRE.

Accèder au dossier

Hans


Homme fort de Blofeld à Matsu.

Accèder au dossier

Helga Brandt


Secrétaire particulière de M. Osato.

Accèder au dossier

KGB


Renseignements et espionnage soviétiques.

Accèder au dossier

M. Osato


P.D.G. de Osato Chemical and Engineering.

Accèder au dossier

SPECTRE


Organisation criminelle de Blofeld.

Accèder au dossier

Armes ninja


Assortiment d'armes ninja.

Accèder au dossier

Cigarette lance-fusée


Fumer peut être bon pour la santé.

Accèder au dossier

Combinaison à oxygène


Combinaison intégrale à oxygène.

Accèder au dossier

Détecteur de code


Appareil de poche utilisé par Bond.

Accèder au dossier

Ecran à rayons X


Appareil de sécurité pénétrant de M. Osato

Accèder au dossier

Hélicoptère aimant


Hélico du SIS muni d'un électro-aimant.

Accèder au dossier

Oiseau 1 du SPECTRE


Capsule de capture satellite du SPECTRE.

Accèder au dossier

Petite Nellie


Autogire avec lequel Bond inspecte Matsu.

Accèder au dossier

Rouge fumigène


Explosif de poche appartenant à Helga Brandt.

Accèder au dossier

Toyota GT 2000


Délicieux cabriolet du SIS conduit par Aki

Accèder au dossier

Walther PPK


Arme à feu standard du MI-6.

Accèder au dossier

Cessna de Helga


Cercueil de 007 imaginé par Helga.

Accèder au dossier

Hélicoptère aimant


Hélico du SIS muni d'un électro-aimant.

Accèder au dossier

Hélicoptère du SPECTRE [2]


Hélicotères à mitrailleuses du SPECTRE.

Accèder au dossier

Oiseau 1 du SPECTRE


Capsule de capture satellite du SPECTRE.

Accèder au dossier

Petite Nellie


Autogire avec lequel Bond inspecte Matsu.

Accèder au dossier

Sous-marin M1


Sous-marin personnel de M.

Accèder au dossier

Toyota GT 2000


Délicieux cabriolet du SIS conduit par Aki

Accèder au dossier

Train de Tanaka


Monorail privé utilisé par Tanaka à Tokyo.

Accèder au dossier

Sortie

Date de sortie aux Etats-Unis : 13 Juin 1967 Le succès croissant des James Bond donne à ON NE VIT QUE DEUX FOIS une lourde responsabilité : faire mieux que ses quatre prédécesseurs. Pourtant, de nombreux membres de l’équipe de production et de l’équipe technique qui avaient eu une importance cruciale dans le succès de James Bond, ne sont pas engagés dans cette cinquième production. Tout d’abord, nombre de spectateurs potentiels sont au front au Vietnam, ou veulent protester contre les menaces de Sean Connery d’abandonner le rôle de James Bond. En conséquence, ON NE VIT QUE DEUX FOIS connaît une forte baisse de fréquentation aux Etats-Unis. Reconnaissons qu’il était difficile de rivaliser avec le détenteur du record ( OPERATION TONNERRE ). ON NE VIT QUE DEUX FOIS fait aux Etats-Unis 48 % d’entrées de moins que son heureux prédécesseur. Les entrées à travers le monde baissent de 13 %, de 77,6 millions de dollars à 68,5 millions de dollars. Sorti le 13 juin 1967, ON NE VIT QUE DEUX FOIS fait la une des journaux pour son budget très élevé, 9,5 millions de dollars (une somme guère impressionnante comparée à aujourd’hui, mais qui à l’époque correspondait au total cumulé de GOLDFINGER et OPERATION TONNERRE). A lui seul, le décor pour le quartier général de Blofeld , le cratère du volcan, avait coûté 1 million de dollars (soit le même montant que le film JAMES BOND CONTRE DR NO). Néanmoins, avec des recettes mondiales brutes de 111,6 millions de dollars, les bénéfices dépassent les 102 millions de dollars, les bénéfices provenant de la location aux Etats-Unis s’élèvent à ce jour à 19,4 millions de dollars.


Critique

Los Angeles Times, 16 juin 1967 Charles Champlin “… C’est peut-être un adieu définitif vu que Sean Connery jure ses grands dieux qu’il ne tournera plus de James Bond. Cela reste à voir. Pour l’heure, ce qui nous est donné à voir... c’est un film suffisamment bon pour espérer que M. Connery reconsidère sa position… Lewis Gilbert a réussi à faire de Bond un personnage un peu plus rond et un peu plus chaleureux qu’il ne l’était dans les films précédents… Les personnages secondaires ont aussi largement gagné en crédibilité… Sans doute ne s’agit-il que d’une sophistication technique encore plus poussée. Mais Bond-Connery, à l’accent écossais plus prononcé que jamais, apparaît comme un type attachant plutôt que comme un agent secret enchaînant les histoires de lit. Le mérite en revient largement à l’écrivain Roald Dahl, célèbre pour ses nouvelles subtiles et ses chutes inattendues. C’est lui qui a écrit le scénario, avec beaucoup de finesse et d’esprit, à l’exception de trois ou quatre trucs un peu gros… Le QG du méchant Blofeld... est certainement l’un des décors les plus élaborés construits ces dernières années… Les gadgets, bien sûr, sont partout… C’est merveilleux la science, non ?…Tout y est : accidents spectaculaires, plongeons étourdissants, poursuites effrénées, et cette fois les paysages sont admirablement filmés… OPERATION TONNERRE, le précédent James Bond, montrait quelques signes d’essoufflement… ON NE VIT QUE DEUX FOIS montre que tout le monde peut retrouver un second souffle… et quoi qu’en dise Sean Connery, il semble plutôt aimer son travail. Les films de James Bond constituent un genre en eux-mêmes ; vous les aimez (c’est mon cas) ou vous ne les aimez pas. Le dernier James Bond est un film bien enlevé et drôle, une petite merveille ’extravagance où tous les coups sont permis.” Variety, 14 juin 1967 “… Sean Connery, toujours aussi serein, continue de défier les prévisions concernant la tête du box-office… d’abord la prédiction : un grand spectacle. Ensuite la restriction : cela peut-il durer indéfiniment ? Cette nouvelle production d’Albert R. Broccoli et Harry Saltzman, le cinquième James Bond, est la plus importante et la plus chère (9,5 millions de dollars) comparée aux précédents films mettant en scène le super espion sensuel inspiré des romans de Ian Fleming. Comme distraction, le film soutient favorablement la comparaison avec ses prédécesseurs et regorge d’autant de combats, de gadgets et de beautés fatales… Il devrait connaître deux vies, d‘abord lors de sa première distribution, puis lors des sorties ultérieures… On peut s’attendre à de très, très grosses recettes pour ON NE VIT QUE DEUX FOIS… Aucune ficelle n’apparaît dans l’habile scénario de Roald Dahl… Bond demeure inébranlable à travers toutes les épreuves, et ne se défait jamais de sa sérénité, qu’il soit confronté aux méchants ou à de voluptueuses tentations… C’est le genre de choses dont rêve la majorité des gens et grâce auxquelles on brasse des millions de dollars. Sean Connery interprète 007 avec sa finesse habituelle, même s’il semble un peu plus âgé et un peu fatigué… Akiko Wakabayashi et Tetsauro Tamba se comportent en excellents partenaires de Bond. Donald Pleasance interprète de façon tout à fait appropriée un méchant Allemand… Comme dans les précédents James Bond, les couleurs sont presque saturées… Le montage a du punch et fait passer le temps très vite… De nombreux cinéphiles reconnaîtront la pâte des studios… En outre, c’est un agréable moment de distraction qui, sagement, ne pousse pas trop loin l’auto-parodie, en multipliant coups de coude et clins d’œil, comme le font nombre de ses imitateurs. Le grand public doit aller voir ce film."


Actualitées

• Un traité de démilitarisation de l’espace a été signé par les Etats-Unis et l’Union Soviétique pour interdire la mise sur orbite d’armes nucléaires et la revendication d’un droit territorial sur n’importe quel corps céleste. • Vladimir M. Komarov est le premier astronaute connu mort dans l’espace, à bord de Soyouz 1. Le parachute s’est emmêlé alors que le vaisseau entrait dans l’atmosphère terrestre. Plus tôt la même année, trois astronautes américains étaient morts après que le feu avait pris sur l’aire de lancement, au cours des tests d’Apollo à Cap Canaveral. • Aux Etats-Unis, The Action on Smoking and Health group (le Comité pour la Santé et contre le Tabac) jouit d’une popularité grandissante dans sa lutte contre le tabac. • La Chine fait exploser sa première bombe à hydrogène. • Un mannequin très mince et aux allures de garçon, du nom de Twiggy (brindille), fait la une des magazines de mode. Tout le monde arbore des pendentifs à son effigie. • Le nombre total des victimes de la guerre du Vietnam pour la seule année 1967 s’élève à 9 419, soit un nombre supérieur au total des années précédentes.