Suivant une piste qui le conduit des canaux de Hollande aux rues illuminées de Las Vegas , James Bond perce à jour le plan de Blofeld visant à mettre la main sur les réserves mondiales de diamants et à construire un satellite à laser de très forte puissance capable de détruire toutes les grandes villes en les survolant. Principale cible : Washington DC. Après l’assassinat de sa femme par Ernst Stavro Blofeld , l’agent 007 veut prendre sa revanche. Il traque son vieil ennemi jusqu’au laboratoire d’un chirurgien esthétique et le tue dans un bain de souffre en ébullition. Heureux que Blofeld soit enfin mort, Bond se concentre sur sa nouvelle mission--faire cesser le flux de diamants volés en provenance d’Afrique du Sud. Comme l‘explique M , les producteurs de diamants s’inquiètent que quelqu’un soit en train d’amasser ces pierres précieuses en vue de provoquer une catastrophe économique. Les services secrets britanniques s’arrangent pour que Bond prenne la place de Peter Franks , un contrebandier reconnu et emprisonné, et l‘envoient en Hollande pour enquêter sur la contrebande de diamants. Son premier contact dans l’affaire : Tiffany Case , une rousse flamboyante et spécialiste en contrebande. Tiffany confie à Bond (qui se fait passer pour Franks ) sa prochaine livraison—un lot de diamants pesant 50 000 carats. Faisant presque échouer la livraison et sur le point de griller Bond, le vrai Franks s’échappe, mais Bond le tue avant qu’il ne puisse entrer en contact avec Tiffany. 007 fait expédier le corps de Franks avec les diamants à Las Vegas , où il est recueilli par des employés du Slumber Mortuary. Bond va présenter ses « derniers hommages » au cher disparu--et se retrouve presque incinéré par M. Wint et M. Kidd , deux tueurs impitoyables au charme étrange et à la solde des contrebandiers. Bond est épargné uniquement parce qu’il a interverti éLÈ FÈ eLÈ les cargaisons de diamants, livrant des contrefaçons à Las Vegas. Le réseau décide qu’il a besoin de Bond vivant pour l’heure–mais Bond a besoin des véritables diamants pour préserver sa couverture. Le collègue de 007à la CIA , Felix Leiter , promet de s’arranger pour faire parvenir la marchandise à Bond. Alors qu’il joue aux tables de craps du Whyte House, un casino exotique propriété du milliardaire reclus Willard Whyte (que personne n’a vu depuis des années), Bond rencontre l’appétissante Abondance . Après avoir gagné gros au jeu, 007 la conduit à sa chambre pour prendre « un dernier verre », mais ses projets sont gâchés quand des voyous la jettent par la fenêtre. Avant que Bond ne puisse agir, les gangsters se retirent--et Bond découvre Tiffany Case dans son lit. Elle veut savoir qui il est réellement et semble prête à tout pour le découvrir. Le lendemain, apparemment satisfaits, Bond et Tiffany décident de laisser la véritable cargaison de diamants à l’aéroport. C’est un homme d’apparence distinguée—le professeur Metz, qui vient chercher les diamants. Bond se cache dans la camionnette de Metz et est ainsi emmené jusqu’aux laboratoires souterrains de l’entreprise TecTronics de Willard Whyte. Dans le laboratoire, Bond espionne des expériences spatiales ultra secrètes et découvre que Metz travaille sur un satellite complexe--avec un bouclier réflecteur couvert de diamants. Bond est découvert, mais réussit à s’évader sur un prototype d’engin lunaire. De retour à Las Vegas , 007, au volant de la Mustang Fastback de Tiffany, réussit à échapper aux forces de police au cours d’une folle course poursuite qui s’achève dans l’appartement-terrasse de Whyte. A la place d’un riche reclus, il trouve son vieil ennemi, Blofeld , qui a kidnappé Whyte et utilise son empire comme couverture pour les opérations du SPECTRE . Bond a, semble-t-il, tué seulement l’imitation chirurgicale du numéro 1 du SPECTRE. Tout à coup un autre Blofeld surgit, accroissant la confusion de 007. Ignorant lequel est le vrai Blofeld, Bond fait un choix et ouvre le feu avec son revolver lance-pitons. Un piton se fiche profondément dans la tête de l’un des deux hommes, mais ça n’est pas le vrai Blofeld. Celui-ci laisse Bond sans connaissance à l’aide d’un gaz soporifique et ordonne à Wint et Kidd de l’enterrer dans le désert. Revenant à lui à point nommé, Bond réussit à échapper à une mort pour le moins prématurée. Bond et Leiter se précipitent pour faire une descente dans le repaire de Whyte et—après une lutte à mort avec Bambi et Perle Noire , deux femmes gymnastes chargées de la surveillance du véritable milliardaire retenu prisonnier—ils parviennent à le libérer. Whyte explique que Metz est un spécialiste du laser et que son satellite risque de se révéler une arme super puissante. Réalisant que Bond et Leiter sont sur ses pas, Blofeld prend Tiffany en otage et se replie sur son autre base d’opérations—la plate-forme de Baja au large des côtes californiennes. Blofeld commande le satellite meurtrier qu’il a lancé et démontre sa terrifiante puissance en l’utilisant pour détruire diverses installations militaires à travers le monde. Le satellite produit un rayon laser en réfractant l’énergie solaire au moyen du bouclier réeŒÈ ®ÀÈ á‹È flecteur incrusté de diamants. Blofeld utilise son arme comme un moyen de pression pour exiger une énorme rançon en menaçant de détruire la ville de Washington. Quand Bond infiltre la plate-forme pétrolière, le compte à rebours a déjà commencé. Il fait signe à Whyte et Leiter de déclencher l’attaque d’hélicoptères. Au milieu de la bataille, Blofeld tente de fuir dans son sous-marin de poche . Bond le piège dans son engin et utilise la grue de lancement pour le balancer comme on le ferait sur un chantier de démolition, détruisant la structure du centre de commandes. Le satellite hors de contrôle est désarmé. Alors que la plate-forme explose, Bond et Tiffany s’enfuient par la mer. En récompense de leur héroïsme, Whyte offre une luxueuse croisière à Bond et Tiffany. Tiffany laisse entendre à 007 qu’elle aimerait l’épouser, mais elle est interrompue par Wint et Kidd qui se font passer pour des serveurs. Ils s’apprêtent à servir à Bond son dernier repas mais leur “arme” se retourne contre eux. Tiffany décide entre-temps que le mariage n’est peut-être pas une si bonne idée que cela—quelque collaboration supplémentaire pourrait se révéler utile. Regardant vers le ciel, elle interroge malicieusement à voix haute “Comment allons-nous faire redescendre tous ces diamants maintenant ?”

Abondance Delaqueue


Sirène de la table de craps de Las Vegas.

Accèder au dossier

Bambi et Perle Noire


Duo de choc gardien de Whyte.

Accèder au dossier

Marie


Associée de Blofeld sur la côte d'azur.

Accèder au dossier

Mlle Moneypenny [1]


Secrètaire de direction de M.

Accèder au dossier

Tiffany Case


Femme provocante, pense aux diamants.

Accèder au dossier

CIA


Service de renseignement Américains

Accèder au dossier

Felix Leiter [4]


Cantact de Bond à la CIA.

Accèder au dossier

KGB


Renseignements et espionnage soviétiques.

Accèder au dossier

M. [1]


Directeur du MI-6

Accèder au dossier

MI6


Service Secret Britanique

Accèder au dossier

Mlle Moneypenny [1]


Secrètaire de direction de M.

Accèder au dossier

Q (Major Boothroyd) [2]


Spécialiste des armes et gadgets du MI-6.

Accèder au dossier

Sir Donald Munger


Expert en diamants qui informe 007.

Accèder au dossier

Tiffany Case


Femme provocante, pense aux diamants.

Accèder au dossier

Willard Whyte


Entrepreneur milliardaire reclus.

Accèder au dossier

Bambi et Perle Noire


Duo de choc gardien de Whyte.

Accèder au dossier

Burt Saxby


Gérant corrompu du casino de Whyte.

Accèder au dossier

Ernst Stavro Blofeld [5]


Cerveau maléfique numéro 1 du SPECTRE.

Accèder au dossier

KGB


Renseignements et espionnage soviétiques.

Accèder au dossier

Les Contrebandiers


Fine équipe de contrebande des diamants.

Accèder au dossier

M. Wint et M. Kidd


Duo meurtrier décidément bizarre.

Accèder au dossier

Marie


Associée de Blofeld sur la côte d'azur.

Accèder au dossier

Peter Franks


contrebandier en diamants international.

Accèder au dossier

Professeur Dr Metz


Scientifique génial du satellite laser.

Accèder au dossier

SPECTRE


Organisation criminelle de Blofeld.

Accèder au dossier

Tiffany Case


Femme provocante, pense aux diamants.

Accèder au dossier

Bague magnétique


Cauchemar des bandits manchots.

Accèder au dossier

Bombe surprise


Gâteau avec une surprise détonante.

Accèder au dossier

Empreintes latex


Double d'empreintes en plastique.

Accèder au dossier

Etui pince-doigts


Appareil pince-doigts concocté par Q.

Accèder au dossier

Pistolet à pitons


Pour planter un piton dans la roche.

Accèder au dossier

Satellite Laser


Arme spatiale incrustée de diamants.

Accèder au dossier

Simulateur vocal


Gadget de duplication vocale.

Accèder au dossier

Walther PPK


Arme à feu standard du MI-6.

Accèder au dossier

Buggy lunaire


Véhicule spatial expérimental.

Accèder au dossier

Mustang Fastback 1971


Voyage risqué pour une femme sexy.

Accèder au dossier

Sous-marin de poche


Mini sous-marin de Blofeld.

Accèder au dossier

Trois-roues des Sables


Véhicule tout-terrain monoplace.

Accèder au dossier

Sortie

Date de sortie aux Etats-Unis : 17 décembre 1971 Après le départ précipité de George Lazenby , LES DIAMANTS SONT ETERNELS constituent une étape décisive mais délicate dans la carrière des James Bond . Proposant à Sean Connery de revenir moyennant une somme si élevée qu’elle figure dans le Guinness des records , United Artists est résolu à remettre les James Bond sur les rails. Les résultats décevants de AU SERVICE DE SA MAJESTE sont compensés deux années plus tard par l’écrasant succès des DIAMANTS SONT ETERNELS. De fait, les recettes mondiales du fim dépassent celles de AU SERVICE DE SA MAJESTE de 80%. En retournant au héros hors du commun des premiers James Bond, le film reprend une formule qui a fait ses preuves et rendue populaire par GOLDFINGER . Dans LES DIAMANTS SONT ETERNELS les spectateurs sont à nouveau mis en présence du super héros qui se défait des situations dangereuses sans jamais se départir de son humour ni de son élégance. Sorti le 17 décembre 1971, même le large succès populaire de ses concurrents comme UN FRISSON DANS LA NUIT et ORANGE MECANIQUE ne peut empêcher le film de réaliser de gros bénéfices. Les recettes mondiales s’élèvent à 116 millions de dollars, dont 43,8 millions pour les Etats-Unis et 72,2 pour le reste du monde.


Critique

Los Angeles Times, 27 décembre 1971 Dan Knapp “James Bond—de nouveau interprété par Sean Connery—est de retour dans une nouvelle adaptation du roman à suspense de Ian Fleming, LES DIAMANTS SONT ETERNELS. Et cela signifie que Desmond Llewelyn est aussi de retour… D’accord, le nom n’est peut-être pas familier mais son visage est connu des millions de fans de James Bond. En effet Llewelyn a joué “Q” l’austère agent des services secrets britanniques, qui fournit à Bond d’incroyables gadgets dans tous les films à l’exception de JAMES BOND CONTRE DR NO. Inutile de dire que sans “Q”, 007 (l’agent autorisé à tuer) n’aurait jamais pu échapper aussi souvent à la faux acérée d’une mort prématurée… (pour ceux qui comptent les jours entre deux James Bond, sachez que quatre attendent encore que Harry Saltzman et Albert R. (Cubby) Broccoli ne les fixent sur le celluloïd)... Llewelyn est ravi du retour de Connery. Il a peu de choses à dire sur George Lazenby… Trop gentleman pour commenter la défaillance de Lazenby, Llewelyn dit simplement : “J’ai fait une croix sur le bonhomme. Comment pouvez-vous espérer que quelqu’un qui n’a jamais joué auparavant—Lazenby était un mannequin qui avait la chance de ressembler à Sean—puisse interpréter le rôle principal ?”. Et Connery en personne d’ajouter, “Il ne ressemble pas du tout à Bond, vous savez. Lazenby est un buveur de bière et non un amateur de vin. Le genre d’hommes qui aime jouer au golf et parler rugby dans un pub avec ses amis. Il n’est pas du tout comme les autres acteurs… Il a obtenu 1 million de dollars de Saltzman et Broccoli pour créer en Ecosse un fonds d’aide pour l’éducation des enfants de la classe ouvrière.” Variety, 15 décembre 1971 “James Bond, le séducteur et super espion indestructible, plus connu sous le nom de l’agent 007, est de retour. Cela devrait signifier beaucoup de sous pour United Artists et les salles de cinéma. Le personnage n’a rien perdu de son punch meurtrier, et réussit encore à s’entourer de femmes sexy et très légèrement vêtues. Cependant, LES DIAMANTS SONT ETERNELS n’a pas la même qualité ou le même goût que la plupart des précédents James Bond… Une histoire soutenue n’a pas grand intérêt lorsqu’il s’agit d’un James Bond. C’est ce qui manque à cette dernière production, et pour cette raison il ne peut guère y avoir de suspense. Par contre, de l’action, le film en a revendre, et bien dans la manière James Bond. De l’évasion, aussi… Le spectateur est continuellement stupéfait par ce qui se passe à l’écran. Le scénario est plutôt une succession de clips violents et de coupes qui offrent à Bond l’occasion de prouver qu’il n’est pas sur le déclin… Les producteurs... ont insufflé l’esprit de comédie et de fantaisie au-delà de toute mesure… Les gadgets les plus perfectionnés sont encore là… La réalisation de Guy Hamilton... soutient un rythme enlevé et offre quelques numéros d’acteurs étourdissants. Ken Adam émaille le film de superbes décors, la musique de John Barry est bien dans le style James Bond et la photographie de Ted Moore est celle d’un spécialiste, tout comme le reste de l’équipe technique… Lana Wood, la sœur de Nathalie Wood, se tire à son avantage de sa brève apparition dans le rôle d’Abondance…” The New York Times, 18 décembre 1971 Vincent Canby “… Un voyage qui nous rappelle avec nostalgie certains souvenirs… Beaucoup de choses ont changé depuis ON NE VIT QUE DEUX FOIS (1967), la dernière véritable aventure de Bond, mais 007 demeure un agent dévoué au complexe militaro-industriel, un ami de la CIA et un séducteur hors pair. C’est assez pour nous faire pleurer de gratitude… LES DIAMANTS SONT ETERNELS est aussi un grand moment parce qu’il rappelle l’ambiance des années 60 (qui maintenant qu’elles sont passées, paraissent aisément compréhensibles) mais aussi parce que toutes les personnes impliquées dans le film savent parfaitement ce qu’elles ont à faire :… Sean Connery... qui doit se faire à l’idée que rien ne lui colle autant à la peau que le rôle qu’il a voulu abandonner ; Guy Hamilton, le réalisateur, dont GOLDFINGER était le meilleur des précédents James Bond ; Richard Maibaum et Tom Mankiewicz, qui savent parfaitement maîtriser un scénario, et Maurice Bender, le concepteur du générique principal qui anticipe avec succès sur la violence, la vulgarité et l’humour des images qui vont suivre… L’élan qui porte le film est tel qu’on n’a pas une seconde pour réagir à son manque de vraisemblance, et qu’on se laisse porter par la sensation constante de l‘échapper belle, par ses gadgets démentiels et son décor… LES DIAMANTS SONT ETERNELS est un film relativement salutaire. Je dirais même qu’à sa façon le film invite à l’école buissonnière…”


Actualitées

• Les pourparlers entre les Etats-Unis et l’Union soviétique sur la limitation des armes stratégiques (SALT) débouchent sur un accord limitant l’utilisation de missiles anti-balistiques. • Des manifestants essayent d’ébranler le gouvernement en paralysant la circulation dans le district de Columbia au cours des manifestations pacifiques du 1er mai. • Les relations avec la République populaire de Chine s’améliorent comme en témoigne l’admission de cette dernière aux Nations unies, la levée de l’embargo commercial par le président Nixon et la visite de ce dernier en Chine. • Des astronautes roulent sur la lune à l’aide d’un engin lunaire à quatre roues et rapportent “Genesis”—un rocher datant de 4 milliards d’années. • La publication de documents du Pentagone dans le New York Times suscite un débat houleux sur le caractère secret des documents officiels. • Charles Manson est reconnu coupable et condamné à mort pour le meurtre de l’actrice Sharon Tate et de six autres personnes.